Bookmark and Share
<:site de l'Ursden CGT NICE:>

Direction d’école... On est loin du but !

dimanche 12 octobre 2014.
 

Le malaise des directrices et directeurs d’école est palpable et s’est accru ces dernières années.

Les raisons de ce malaise sont multiples  pour les directrices et directeurs :

Certain-e-s se laissent bercer par les sirènes d’un statut qui ne règlerait rien et créerait une fracture avec leurs collègues, en faisant de facto du directeur ou de la directrice un-e supérieur-e hiérarchique.

Le Ministère, après quelques groupes de travail au printemps 2014, s’atèle à la « revalorisation » de la direction d’école et à la simplification administrative censée réduire la masse de travail.

Si la seconde partie de ce travail en est encore aux intentions, un récent BOEN dévoile les conclusions : la montagne accouche d’une souris : sur quelques parcelles de décharges (y compris sur l’APC), glanées ici ou là, quelques primes de-ci delà, domine le néant… Quant aux salaires, toujours aussi peu d’avancées.

Faut-il rappeler que pour la CGT Éduc’action, la question de la gestion d’une école ne se limite pas à celle de la direction. Elle devrait, dans un souci constant de démocratiser la gestion de l’école, induire :

-   l’embauche de nouveaux personnels titulaires : secrétaires, infirmier-ères scolaires, assistant-e-s sociaux-ales scolaires… dont le travail repose aujourd’hui trop souvent sur les collègues, chargé-e-s ou non de la direction 

-   du temps de "décharge" pour les enseignant-e-s non chargés de la direction pour l’élaboration et la mise en place des projets, les relations avec le collège, les partenaires, les interve-nants, etc.

-    et, par voie de conséquence, par une conception nouvelle de la direction d’école envi-sagée comme un vrai travail d’équipe.

Henri BARON