Bookmark and Share
<:site de l'Ursden CGT NICE:>

CTPA du 20 janvier 2009. Déclaration préliminaire de la Cgt-Educ’Action

mercredi 21 janvier 2009.
 

Déclaration liminaire de la CGT Educ’Action au CTPA du 20-01-2009

Vœux
Monsieur le Recteur, messieurs les Inspecteurs d’Académie, Mesdames, Messieurs, je vous exprime à mon tour, au nom de la CGT Educ’Action, nos meilleurs vœux pour cette nouvelle année.

A cette occasion nous faisons également le vœu que cette année voit enfin s’établir entre le ministre et la communauté éducative (enseignant-e-s, élèves, parents, personnels ATOSS, etc.), dans une relation de confiance, un véritable dialogue constructif.

Car si nous nous accordons tous sur la nécessité d’une évolution de notre système éducatif, évolution nécessaire pour réduire l’échec scolaire, pour la réussite de tous les élèves, cette évolution ne peut pas se faire sans tenir compte de l’expérience de celles et ceux dont c’est le métier, aucune réforme ne peut réussir sans que celles et ceux qui doivent la mettre en œuvre ne se la soit au préalable appropriée.

Nous espérons que la leçon du gâchis causé par la méthode employée par nos 2 derniers ministres portera ses fruits et qu’au lieu d’essayer de faire passer en force des mesures contre productives en dénigrant et les enseignant-e-s et l’Ecole de la République nous gouvernants sauront s’appuyer sur ce qu’elle a de meilleur pour la faire progresser.

Consultation bidon

Malheureusement les derniers propos de M. Darcos et la mise en route du dialogue ne peuvent que nous inquiéter

Organiser sérieusement, honnêtement – et ce n’est pas vous que je vise M. le Recteur, ni M. le Secrétaire Général - , un dialogue de fond permettant d’analyser les problèmes, de proposer et approfondir les voies de solutions possibles, en dégager des synthèses réellement partagées par toutes et tous, demande du temps, demande de la préparation, demande de l’organisation. Tout le contraire d’une ½ journée imposée à la va vite, avec comme tout outil de réflexion 2 ridicules mini diaporamas, sans connaitre l’organisation des remontées aux niveaux académiques et national, sans savoir quelle en sera l’impact sur la future réforme, limitée au seul Lycée général et technologique, …
Quand dans le même temps notre ministre, qui n’en rate pas une, fanfaronne sur sa réforme qui serait devenue consensuelle, nous avons la triste impression d’être une fois de plus l’objet d’une médiocre opération de communication.

Mercredi, nous nous exprimerons puisque nous y sommes conviés, mais ce seront nos revendications que nous enverrons au ministre.

EVALUATION CM2
Comment ne pas être inquiet quand faisant fi des critiques de l’ensemble de la profession M. Darcos impose, comme il l’a fait pour les nouveaux programmes du primaire, des évaluations en CM2 dont l’intérêt pédagogique nous échappe.

Faire une évaluation à mi année sur un programme mis en place seulement en septembre 2008, donc comportant des notions non vues par les élèves, avec une notation binaire des réponses, sans nuance, , ne sert en aucune manière à établir un diagnostique permettant de relever les élèves en difficulté mais bien plutôt à dresser un constat d’échec sur lequel le ministère pourra appuyer sa démarche aveugle de réforme, voire à mettre les écoles en concurrence ainsi qu’à introduire une évaluation des enseignant-e-s par le résultat, futur critère de rémunération ?.

BAC PRO
Comment ne pas être inquiet quand la rentrée 2009 verrait la généralisation du bac pro 3ans, malgré une forte opposition et tous les effets négatifs pour les élèves, en particulier l’exclusion de celles et ceux qui sont le plus en difficulté.

Arnaque postes supprimés à la rentrée (TZR et ajustement)
Nous sommes d’autant plus méfiants qu’au cours du même débat M. Darcos affirme que la suppression de 13500 emplois en 2009 n’aura pas d’effet ce qui est encore un mensonge flagrant.

Il suffit de constater ce que vous nous proposez pour notre académie : certes, le H/E dans le second degré et le P/E dans le 1er degré sont maintenus, mais à quel prix !
Déjà aujourd’hui dans le 1er degré les postes budgétaires non pourvus– 25 dans le 06 – ainsi que le non recrutement sur la liste complémentaire fait que de trop nombreux remplacements ne sont pas pourvus.

Paritarisme
Dans le même temps nous subissons une dégradation du traitement des demandes de mutation intra académiques ainsi que des règles de transparence et d’équité de ce mouvement. Monsieur le Recteur, au lendemain d’élections professionnelles sans équivoque, nous n’accepterons pas que soit porté atteinte aux principes du paritarisme.

Revalorisation métier - Concours
Alors que nos métiers demandent un renforcement de notre formation professionnelle, formation initiale mais aussi formation continue, c’est un recul inadmissible de cette formation qui nous est imposé, encore une fois sans concertation, sous couvert d’une future revalorisation des entrées de carrière.
Ce ne sont pas les bourses supplémentaires promises et des stages dont l’organisation est plus que problématique qui répondent aux réserves soulevées par cette réforme. Encore une fois précipitation et absence de concertation débouche sur une valse hésitation, sur un bricolage indigne de l’Education Nationale.

Handicap
Un dernier point que nous souhaitons vous soumettre, M. le recteur, concerne la scolarisation des élèves handicapés dans des classes ordinaires.

Vous le savez, les structures de soin, que ce soit des places en SESSAD ou en IME, sont largement insuffisantes. Faute de ces soins, les élèves handicapé-e-s n'avancent que d'une jambe et les enseignant-e-s sont esseulé-e-s dans leur mission éducative. Le droit de ces élèves à être scolarisé entraine un devoir pour l’état. Il nous semble de la plus haute importance que M. le Recteur saisisse la DRASS et les DDASS de cette situation de pénurie qui pénalise le système éducatif, les familles et au premier chef, les élèves concerné-e-s.

GREVE LE 29
Nos salaires perdent chaque année un peu plus de terrain par rapport au cout de la vie. Non seulement rien n’est envisagé pour combler le déficit accumulé mais aucune perspective d’amélioration n’est envisagée.

Les heures supplémentaires et autres primes à l’évaluation ne répondent absolument pas au problème tout en fragilisant encore nos traitements et en créant des disparités inacceptables dans la fonction publique.

L’emploi de personnels précaires pour palier aux insuffisances de recrutement est tout simplement scandaleux.

Nous seront donc en grève le 29 janvier avec l’ensemble des salariés du public et du privé pour la revalorisation de nos métiers et de nos carrières, pour la titularisation des vacataires et contractuel-le-s, pour la défense du service public mis à mal par la RGPP.