Bookmark and Share
<:site de l'Ursden CGT NICE:>

Déclaration préliminaire de la Cgt Educ’Action CTPD du 8/9/08

mardi 9 septembre 2008.
 

« … l’avenir d’un enfant commence au premier jour de sa scolarité et ne pas réagir, ne pas mobiliser toutes les forces de l’école primaire pour donner plus à ceux qui ont le moins et leur permettre de combler leurs lacunes à mesure qu’elles apparaissent, c’est commettre un crime contre la postérité ».

Cette phrase, humaniste jusqu’à l’emphase, est extraite de la conférence de presse de rentrée de M. Darcos : elle ne colle pas avec la réalité. 11200 suppressions de poste à cette rentrée, 13500 l’an prochain et d’ici 4 ans, c’est près de 80000 postes qui disparaîtront. M. Darcos démolit le Service Public d’Education et la question des moyens n’est pas la seule, que dire de la disparition programmée des IUFM, de l’abandon de la carte scolaire, de la mise en concurrence des établissements, des personnels, des élèves. Que dire de la dégradation des conditions d’études pour ces derniers. Que dire des nouveaux programmes imposés sans concertation, de la réforme des lycées menée au pas de charge et du catalogue des mesures.com empilées par le ministre: accompagnement éducatif, soutien cache-misère, stages de vacances, cours d’anglais… Et pourquoi pas des leçons de cuisine bio le samedi matin pour lutter contre l’obésité ?

Le Sden CGT réagit, résiste et participe pleinement, avec d’autres, aux mobilisations contre cette politique inique d’autant plus que localement, certains élus cassent l’image des enseignants et nous regrettons, ici, l’absence de réponses de la part de notre institution quant aux déclarations proprement inacceptables de M. Ciotti parues dans le Nice-matin daté du 3 septembre.

Ce CTPD est donc un CTP d’ajustement : le Sden CGT vous réitère, M. l’Inspecteur d’Académie ces demandes concernant les effectifs des écoles maternelles en général et de celles du centre ville de Nice en particulier, le renforcement du potentiel de remplacement, la situation des IMF, de l’ASH (quid du poste ERH de Nice 3 ?)…

Monsieur Darcos, toujours dans son discours parle de l’Ecole « nouvelle génération » et déclare ne pas connaître les motifs de la colère des personnels. Les mobilisations à venir n’en sont donc que plus légitimes et concernant les générations futures, c’est-à-dire la postérité, nous sommes sûres qu’elles sauront juger objectivement les effets de manche du locataire de la rue de Grenelle.

Nous ne voudrions pas finir cette déclaration sans parler du sous encadrement administratif existant dans les service centraux (IA, Rectorat). Là aussi les suppressions de postes passées, présentes et futures, ont des conséquences préjudiciables pour le Service Public. Nous rendons d'ailleurs hommage au dévouement de ces personnels administratifs qui, dans des conditions de plus en plus difficile, assurent la pérénité de ce Service Public au moment où ce Ministère fait tout pour le détruire.