Bookmark and Share
<:site de l'Ursden CGT NICE:>

CAPD du 20 juin Déclaration préalable de la Cgt-Educ’Action

vendredi 21 juin 2019.
 

Déclaration préalable de la Cgt-Educ’Action

CAPD du 20 juin 2019


Monsieur l’Inspecteur d’Académie

Nous tenons tout d’abord à remercier nos collègues administratifs de la DIPE pour le travail qu’ils-elles ont mené et qui permet aujourd’hui d’aboutir, enfin, aux nominations dans le cadre du mouvement à Titre Définitif.

C'est également l'occasion de rappeler ici la nécessité du dialogue paritaire. En effet sans les interventions des organisations syndicales CGT ou SNUIPP, impossible de faire « tourner » un mouvement juste. A l'heure où le gouvernement s'apprête à réduire à peau de chagrin le rôle des organisations syndicales dans les CAPD, le Ministère ferait bien d'en prendre conscience.

Restent les conditions détestables dans lesquelles ce mouvement s’est déroulé :

- Retard de plus d'un mois

- Non respect des engagements pris vis à vis de collègues ayant subi une nomination difficile à titre provisoire en 2018-2019 (Zone Rurale, éloignement…)

- Baisse considérable de la valorisation dans le barème pour les collègues ayant assuré un interim de direction en 2018-2019

- Baisse des aspects sociaux dans les barèmes (enfants)

- Nomination, via le système des MUGS, de collègues très loin de leurs vœux et possibilité de voir des collègues nommé-es sur des postes avec un barème inférieur à d’autres qui auraient pu obtenir ce poste via les MUGS et ce sans que les personnels ni d’ailleurs les organisations syndicales n’aient été avisé-es de cette particularité de l’application.

Ainsi, nous sommes témoins de l'incompréhension et de la détresse de nos collègues qui se sentent méprisé-es, considéré-es comme de simples numéros à mettre en face des postes à pourvoir et qui, pour certain-es, se posent la question de démissionner de l'Education Nationale pour rejoindre le privé. Nous ne pouvons croire que notre Ministère ait cet objectif en vue pour diminuer le nombre de fonctionnaires...

Lors de cette CAPD une nouvelle fois le problème des temps partiels apparaît. Nous vous demandons d’accepter les recours qui ont été faits pas des collègues éprouvant le besoin de travailler à temps partiel et ce quelque soit leur raison. Dans le même ordre d'idée, nous vous demandons de bien vouloir octroyer des allègements de service complémentaires.

Par ailleurs, est inscrit à l’ordre du jour le passage à la Hors Classe qui est un système d’évaluation permettant tous les abus possibles.

Si nous nous félicitons que le critère pour départager les ex-aequo soit l’AGS, nous rappelons que c’était déjà le cas avant la mise en place du PPCR et que ce dernier n’a fait que renforcer le caractère inégalitaire de l’accès à la hors Classe.

Si bien entendu nous nous félicitons de l’alignement progressif sur les corps du second degré, cet alignement progressif existait déjà avant la mise en place du PPCR.

Enfin, nous avons fait deux demandes d’audience qui n’aboutissent pas. Nous sommes donc conduits à mettre à l'ordre du jour ces situations par le biais des questions diverses. Nous n’osons croire qu’il s’agit d’une volonté de réduire le dialogue social mais bien d’une contrainte d’agenda et cela d’autant plus que les collègues en question en subissent encore les conséquences, dont des diffamations sur internet et des menaces en ce qui concerne la situation sur le groupe Thérèse Roméo.