Bookmark and Share
<:site de l'Ursden CGT NICE:>

CoGiTons n°17

lundi 4 juin 2018.
 

Hors Classe:

Vous n'avez pas accès à l'appréciation de l'Inspecteur d'Académie. Si vous souhaitez la connaître, vous concernant retournez nous le papillon ci dessous:

  • Nom:
  • Prénom:
  • Mail personnel (pas de mail professionnel):
Je souhaite que la Cgt-Educ'Action me donne l'appréciation de l'Inspecteur d'Académie.

Vous avez été promu-e à la Hors Classe et vous souhaitez que nous calculions votre reclassement dans la Hors Classe et vos perspectives de carrière retournez nous le papillon ci-dessous:
Nom:
Prénom:
Mail personnel (pas de mail professionnel):
Je souhaite que la Cgt-Educ'Action calcule mon reclassement dans la Hors Classe des Professeur-es des Ecoles.


Mouvement:
Appels à candidature:
  • Interims de Direction. Tout est ici. Attention Date limite 11 juin
  • Poste Coordinateur-trice CASNAV. Tout est ici. Attention date limite 6 juin midi
  • Poste Conseiller-e Pédagogique Départemental Mission d'Accompagnement des dialogues pédagogiques et de gestion di 1er et second degré et de la Communication institutionnelle (Sic) Tout est ici. Attention date limite 6 juin midi
Mouvement à Titre Provisoire
La Fiche d'extension a paru. Vous trouverez la circulaire et la fiche en cliquant ici
Attention elle est à renvoyer pour le 13 juin uniquement par courrier postal à l'adresse:
DSDEN des Alpes Maritimes – service DIPE II – 53 avenue cap de croix – 06181 Nice Cedex 2
N'hésitez pas à joindre des courriers à cette fiche d'extension
Pensez à nous adresser un double par mail à 1degre06@cgteducactionnice.org
Nous tiendrons des permanences spécifiques sur le mouvement à Titre Provisoire à l'ESPE Stephen Liégeard les:
  • Mercredi 6 juin de 11h30 à 15h

Liste indicative et évolutive des postes vacants pour le Titre Provisoire


Classe exceptionnelle
CAPD fin juin, contingent pour l'académie de Nice 154...

CONSULTATION SUR LA RÉFORME DES RETRAITES

Un effet de communication gouvernementale au service de la régression sociale

Si certains se gargarisent de la consultation lancée par le gouvernement aujourd’hui sur la réforme des retraites, celle-ci est bien un semblant de démocratie.
Pas d’illusion, les problématiques et les questions posées sont orientées et les réponses attendues téléphonées. Orientations, bien évidemment dans le sens de ce dont rêvent le gouvernement et le patronat : casser notre système des retraites par répartition et solidaire, poursuivre la baisse des pensions encore plus rapidement que celle déjà programmée par les gouvernements précédents, remettre en cause les régimes spéciaux conquis sociaux arrachés par de hautes luttes.
Le gouvernement prépare ses mauvais coups avec des techniques qui ressemblent de près à celles des DRH dans les entreprises – avis faussement pris, mise en place de groupes de travail pré verrouillés, etc. – pour déboucher sur des mesures de régression sociale que le gouvernement n’assume pas et tout en se cachant derrière des « ce n’est pas de nous… c’est la consultation. »
À l’instar de cette consultation qui se voudrait « moderne », ce que propose le gouvernement pour les retraites c’est l’individualisation, le chacun pour soi, etc., bref, un retour en arrière de plusieurs décennies ! Cette question mérite, au contraire, un vrai débat public et contradictoire. La vraie modernité, la démocratie, c’est ça.
La CGT fait des propositions et construit le rapport de force à tous les niveaux pour défendre notre système de retraites fondé sur la répartition et la solidarité, avec des pensions égales au minimum au Smic, un taux de remplacement de 75% par rapport au salaire de référence, un départ dès 60 ans et anticipé pour ceux qui ont subi la pénibilité au travail (1 trimestre de moins par année d’exposition).
Ces propositions de progrès peuvent parfaitement être financées en mettant fin aux exonérations et aux évasions fiscales, en taxant les dividendes et en augmentant les cotisations des grosses entreprises du CAC 40 qui ne cessent de servir leur actionnaires sans contrepartie à ceux qui créent les richesses.