Bookmark and Share
<:site de l'Ursden CGT NICE:>

CDEN DU 14 septembre

dimanche 16 septembre 2007.
 

Le CDEN ( Conseil départemental de l’Education National) est l’instance où se retrouvent les politiques ( ous la responsabilité du préfet) du Conseil Général et l’Education Nationale (sous la responsabilité de l’IA), avec les représentants des syndicats ( Elisabeth Caron pour le Sden-CGT) et les associations de parents d’élèves ( en l’occurrence la FCPE).

La partie essentielle consistait à voter les ajustements de la rentrée scolaire (1er et 2nd degré), après la présentation d’un bilan de l’état du département sur la scolarisation et la réussite de la scolarisation des élèves en situation de handicap, la mise en place dans les collèges de l’accompagnement éducatif ( mesures de Sarkozy promises pendant sa campagne électorale), les conséquences de l’assouplissement de la carte scolaire, la généralisation de l’enseignement des langues vivantes par l’Inspecteur d’Académie.

Après les déclarations liminaires (Pour lire la déclaration préliminaire faite par la Cgt-Educ’Action lors du Cden voire plus bas), la discussion a été principalement axée sur l’école maternelle Jean Macé, et comme au CTP, l’IA a reprécisé les principes qui lui font gérer la carte scolaire de manière « équitable » De plus il avait déjà « donné » en début de semaine, pour un an, un reste de temps partiel (0,33) pour abonder le RASED sur l’école maternelle (merci not’bon maître).

Le Sden-cgt a été le seul syndicat à lui demander de faire comme pour l’école Las Planas : trouver un support provisoire, pour une ouverture provisoire pour cette année cruciale. Mais il n’a rien voulu entendre…argant ses principes….

Il est vrai que s’il avait cédé sur Jean Macé, les 7 écoles maternelles du département qui sont à 30, auraient légitimement mérité le même traitement... Quelle horreur vous pensez bien, que toutes les maternelles du département soient en dessous de 30 par classe seuil acquis en 81 (plus d’un 1/4 de siècle)....

Il n’a pas pris ce risque !!!

Une baisse démographique s’annonce pour les années à venir, qui va frapper les écoles maternelles de premier abord …

Il s’agit d’avancer, pour nous, la modification des seuils d’ouverture en école maternelle et la nécessaire scolarisation des enfants de 2ans pour les parents qui la demandent.

En marge du CDEN... Polémique... Aucun intérêt... Comme il le fait régulièrement le Snuipp nous attaque dans une lettre internet nous reprochant notre absence lors du Cden "raté" du 12 septembre et se vantant d’être le seul à être intervenu sur Macé lors de celui du 14... Cela n’a aucun intérêt pour les personnels et ne renforce certainement pas le syndicalisme... Ceci dit nous allons lancer une souscription pour leur offrir une série de sonotones et de lunettes de vue... Le 12 lors du CDEN nous tenions la banderolles de la FCPE dûement "badgés" Cgt Educ’Action et bloqués par les forces dites de l’ordre à la porte du Cadam, et lors du CDEN du 14 nous sommes intervenus bien entendu sur Jean Macé maternelle (voir ci dessus), situation sur laquelle nous avons été clairs dès le début défendant l’ouverture, ce qui ne fut pas toujours de cas de tous !!!

Déclaration préliminaire de la Cgt-Educ’Action
CDEN du 14 septembre 2007

Ce Cden se situe à un moment bien particulier : l’annonce faite par le gouvernement d’un budget d’austérité dans la Fonction Publique en général et dans l’Education Nationale en particulier prévoyant pour cette dernière 11200 suppressions de postes à la rentrée 2008. Lorsque l’on voit les besoins existants, y compris dans notre département et notre académie aussi bien dans le 1er que dans le second degré, on peut être plus qu’inquiet sur l’avenir du Service Public d’Education.

Pour ce qui est des Alpes-Maritimes nous sommes loin des taux d’encadrement promis par l’actuel Président de la République lors de la campagne électorale.

Combien de postes seraient nécessaires pour atteindre 15 élèves par classe dans l’Education Prioritaire ?

Combien de postes spécialisés de RASED faudrait-il pour permettre d’apporter l’aide nécessaire aux enfants en difficulté ?

Combien de postes pour baisser les effectifs des classes accueillant des enfants en situation de handicap ?

Combien de postes nécessaires pour améliorer la situation de décharge des directeurs d’école ?

Combien de postes nécessaires pour assurer un remplacement de tous les personnels en congé ?

Combien de postes nécessaires pour avoir une réelle et ambitieuse politique de Formation Continue ?

Combien de postes nécessaires pour abaisser de manière significative les effectifs dans les classes maternelles, dont chacun reconnaît l’importance ?

Combien de postes d’administratifs nécessaires pour permettre au Service Public de fonctionner ?

... Nous pourrions continuer cet inventaire à la Prévert...
Et ce même ministre, ce même gouvernement, ce même Président osent dire qu’ils font de l’Education une priorité... Qu’est ce que ce serait si ce n’était pas la cas !

Nous n’interviendrons pas sur la volonté systématique de discréditer les personnels de l’Education Nationale avec la complicité de médias aux ordres.

On pourrait nous dire que le CDEN n’est pas le lieu pour ce type de déclaration, mais chaque jour, malgré les acrobaties destinées à laisser penser que la rentrée s’est techniquement bien passée, les personnels, les enfants qui leur sont confiés, les usagers du Service Public font les frais de cette politique. Alors oui, pour nous, cette instance est bien le lieu où l’on peut avancer que c’est de la survie du Service Public qu’il s’agit.