Bookmark and Share
<:site de l'Ursden CGT NICE:>

Déclaration préalable de la CGT-Educ’Action lors de la CAPD du 30 janvier 2015

dimanche 1er février 2015.
 

Déclaration préalable de la Cgt-Educ'Action

CAPD du 30 janvier 2015


Monsieur l'Inspecteur d'Académie,
C’est un contexte difficile que celui de cette CAPD, pour y formuler les vœux traditionnels.
En 2015, la CGT fêtera ses 120 ans. Fière de ses racines, de son histoire et des luttes menées, la CGT souhaite que l’année 2015 soit porteuse, pour tous et toutes, de nouvelles conquêtes sociales et de solidarités.

Pourtant en ce début d’année, nous venons de vivre collectivement un drame.

Dans les premières heures et jours qui ont suivis les attentats perpétrés en France les 7, 8 et 9 janvier 2015, la CGT Éduc'action a fait siennes les déclarations de la CGT, dénonçant ces actes inqualifiables et appelant à participer à toutes les initiatives de soutien.
Aujourd'hui, elle tient à dénoncer avec force tous les actes de haine et de racisme qui se manifestent et se développent, ainsi que les amalgames et la stigmatisation... 
Elle s'insurge contre les récupérations politiques observées ces derniers jours, allant des manœuvres des partis politiques dits "de gouvernement" aux propos abjects du FN. Profiter de ces atrocités pour prospérer est un jeu très dangereux auquel nous nous opposons.

Dans ce contexte, les personnels de l'Éducation nationale se retrouvent en première ligne et peu, voire pas du tout, soutenus par leur hiérarchie. Il flotte comme un air d'improvisation dans les interventions et initiatives de l'Éducation Nationale ces derniers jours. Le cirque médiatique organisé lundi 12 janvier 2015 au ministère de l'Éducation Nationale n'a donné lieu à aucune proposition concrète : la Ministre en étant réduite à demander, aux représentant-e-s des personnels, des parents d'élèves et des lycéen-nes, des idées et propositions d’action. 

Évidemment, nous n'attendions pas des solutions simplistes et précipitées, mais nous espérions au moins une direction politique claire, qui dise que l'Ecole ne saurait être  la principale responsable et les personnels encore moins, qui rappelle que l'émancipation et la mixité sociale sont indispensables pour tendre vers une société plus démocratique. L'unanimisme tant déclamé ne doit pas faire oublier que ce gouvernement, et ceux qui l'ont précédé, mènent une politique antisociale qui n'est pas totalement étrangère à l'état de désespérance où se trouve une grande partie de la population aujourd'hui. 

Nous n'oublions pas davantage que les établissements les plus en difficultés étaient en grève en décembre 2014 contre une réforme de l'Éducation Prioritaire qui prive de moyens pour travailler à la réussite et à la cohésion sociale. Cette réforme est donc une occasion ratée de s’attaquer au décrochage social et sociétal, pourtant prioritaire dans certains territoires. Dommage.

La CGT Éduc'action sera de toutes les luttes contre la haine et pour la transformation sociale.