Bookmark and Share
<:site de l'Ursden CGT NICE:>

Ville de Nice. Rythmes scolaires...

vendredi 16 mai 2014.
 

Rythmes scolaires Ville de Nice. De la fausse démocratie à la manipulation.

Connaissez-vous un maire qui se prend pour un rebelle tel Auguste Blanqui (célèbre -lui- révolutionnaire Niçois né à Puget Théniers) ?
Connaissez-vous un maire d'une mauvaise foi et d'une malhonnêteté sans bornes?
Vous connaissez donc le maire UMP de la 5ème ville de France.

Mercredi soir, nous, les membres de la délégation de la Cgt au Comité de Suivi des rythmes de Nice, vécûmes un moment hallucinant : Monsieur Estrosi himself, suite au décret Hamon, renvoie la décision aux Conseils d'école qui auront à statuer, avant le 6 juin 2014, à partir -donc- d'une non-position de la commune.

Conséquemment, ces mêmes Conseils statueraient sur le schéma départemental obligatoire : 8h30-11h30,13H30-15H45 avec le mercredi matin 8h30-11h30. Ces horaires nous les  avons combattus  depuis la mise en place de la réforme. Faut-il pour autant appuyer la proposition de refus du maire de Nice ? Sûrement pas !

Le texte Hamon prévoit une possibilité d'aménagement en libérant une après-midi de la semaine pour regrouper les activités périscolaires. Faudrait-il alors que chaque école propose « son » après-midi? Que nenni ! Selon le même texte, cette proposition doit aussi être argumentée par les communes en fonction de l'organisation des activités péri-éducatives... Or que fait le Maire de Nice ? Il refuse de donner un avis !!!?) Impossible donc, de fait,  pour les Conseils d'Ecole de statuer.

Le Conseil d'école doit être un lieu démocratique : il est important qu'il y ait débat avec l'ensemble des acteurs et actrices  de la communauté éducative, sans oublier le personnel territorial, ni les autres personnels touchés parla réforme(AED, EVS, CUI...).  Les directeurs et les directrices, n'ont pas vocation à être instrumentalisés-es par les collectivités locales.
Cela relève d'une manipulation de la communauté éducative.
Nous prenons acte, d'autre part, que M. l'Inspecteur d'Académie réunira les directeurs et directrices de la 5ème ville de France, le 19 mai prochain.

Dans l'état actuel des choses, la Cgt-Educ'Action, rappelle que les Conseils d'Ecole peuvent statuer sur des propositions, éventuellement alternatives, émanant de la collectivité locale. Tout le reste n'est que littérature et esbrouffe du Député Maire de Nice à destination des médias...
La Cgt-educ'action a combattu et combat toujours le décret de Vincent Peillon, et elle combat aussi le décret Hamon. Nous  continuons à demander le retrait de ces 2 décret (4 grèves en 2 ans dont 2 très largement majoritaires sont là pour en témoigner...)

Cependant, nous n'oublions  pas qu'à l'origine de cette situation, il y a eu la mise en place sous Darcos et Chatel d'une réforme qui revenait à priver, in fine, les enfants de 2 trimestres de cours sur leur scolarité primaire et visaient à la suppression de RASED. Nous l'avons rappelé dans la déclaration que nous avons faite lors de la réunion en Mairie.