Bookmark and Share
<:site de l'Ursden CGT NICE:>

Carte scolaire 2007 :toujours moins !

jeudi 11 janvier 2007.
 

La répartition des moyens de l’enseignement scolaire entre les académies pour la rentrée 2007 est éloquente.

Pour le premier comme pour le second degré, elle n’est pas conçue pour répondre aux besoins d’un système éducatif dont l’objectif serait la réussite de tous les jeunes qui lui sont confiés. A contraire, elle est pilotée par une seule et même logique comptable dont le but est de réduire la masse salariale de l’Education.

Avec la suppression de 8 700 emplois prévue par le budget 2007, le cadre avait d’ailleurs été tracé.

Pour les personnels et pour les élèves, les effets seront lourds.

Les prévisions d’effectifs sont revues opportunément à la baisse : + 24 000 élèves au lieu de + 40 000 dans le 1er degré, - 24 800 au lieu de - 29 000 dans le second degré (- 11 800 pour les collèges ; - 10 100 pour les lycées ;
- 3 600 pour les lycées professionnels ; + 700 pour les post bac).

La ligne ministérielle poursuit le « processus de rééquilibrage » entre les académies entrepris depuis 5 ans. Processus qui, sous prétexte de réduire les écarts entre académies, consiste à raboter les moyens de celles considérées comme « surdotées »... autrement dit de tirer tout le monde vers le bas..., ceci sans compter les 3 600 ETP (équivalent temps plein) des stagiaires supprimés !

La répartition des moyens d’enseignement est la suivante :
1er Premier degré

+ 780 créations (dont 280 pour l’intégration des instituteurs à Mayotte) mais 16 suppressions pour notre Académie.
Ces chiffres ne tiennent pas compte de la suppression de 300 postes d’intervenants extérieurs en langues (dont 8 sur l’Académie de NICE).

2nd Second degré

- 3 058 ETP au titre des décharges statutaires dont 94 dans l’académie de NICE

- 2 458 ETP au titre des évolutions démographiques dont 96 dans l’académie

+ 456 ETP (unités pédagogiques d’intégration et classes relais) dont 14 à NICE

Les mesures de carte scolaire vont donc se multiplier !

Quant aux heures supplémentaires, elles sont en diminution, qu’il s’agisse de celles destinées aux remplacements de courte durée (-290 000, soit -16 %) ou des heures « hors remplacement » (- 300 000 dont 9 084 à NICE !

Téléchargez le communiqué