Bookmark and Share
<:site de l'Ursden CGT NICE:>

CLAIR ou ÉCLAIR, notre réponse est la même : on n’en veut pas !

Communiqué de presse (02/02/11)
dimanche 6 février 2011.
 

La CGT Éduc’action a été reçue en audience le lundi 31 janvier par les services du ministère à propos du dispositif CLAIR, récemment étendu aux écoles sous le nom d’ÉCLAIR (École, collège, lycée pour l’ambition, l’innovation et la réussite).

Après avoir réaffirmé son opposition à un dispositif qui ne vise qu’à déréguler un peu plus le système éducatif, la CGT Éduc’action a souligné le fait que ce dispositif, apparu suite aux États généraux de la Sécurité de juin dernier, a, aujourd’hui, la volonté de se substituer aux dispositifs relevant de l’éducation prioritaire (par le biais des Réseaux Ambition Réussite). Cela établit ainsi un lien très discutable entre violences scolaires et difficultés du même ordre.
Le ministère a confirmé que la labellisation "CLAIR" ne se fera qu’avec l’avis des Conseils d’administration des établissements du second degré. Mais il a rappelé immédiatement que la gestion des ressources humaines (dont les affectations) sont de la compétence des recteurs et que ceux-ci pourront profiler des postes.

La CGT Éduc’action a insisté pour que les établissements dont les Conseils d’administration se sont prononcés ou se prononceraient majoritairement contre ce dispositif (c’est le cas notamment dans les académies de Créteil et d’Aix-Marseille), n’aient pas à le subir : c’est un respect minimum des règles démocratiques.

Quant à l’extension au premier degré, elle ne devrait concerner que le volet pédagogique (l’équivalent du contrat de réussite RAR), mais sans préfet des études ni profilage de postes.
Au total, sous prétexte de l’extinction du dispositif RAR, le ministère impose une nouvelle vision de l’éducation prioritaire, dont le moins qu’on puisse dire c’est quelle manque d’ambition. Sous prétexte d’un saupoudrage actuel des moyens (mais qui en est responsable ?), seuls quelques établissements feraient désormais l’objet "d’attentions particulières".
Enfin, sans attendre le moindre bilan de l’expérimentation, le dispositif CLAIR est généralisé.

La CGT Éduc’action appelle donc les personnels à refuser le dispositif CLAIR dans les Conseils d’administration, à être attentifs à ce que les postes vacants ne soient pas profilés par les recteurs et à ce que les référents RAR actuels soient maintenus dans les établissements.
Elle appelle de ses vœux une vraie réflexion sur l’éducation prioritaire en France, réflexion d’autant plus nécessaire, les évaluations PISA viennent malheureusement de le rappeler une nouvelle fois, que la France est l’un des pays où le parcours scolaire est le plus marqué par l’origine sociale.

Montreuil, le 2 février 2011