Bookmark and Share
<:site de l'Ursden CGT NICE:>

Licenciement des fonctionnaires…, c’est parti !

mercredi 24 novembre 2010.
 

La journée du 16 novembre a été marquée par la publication au Journal
officiel du décret n° 2010-1402 du 12 novembre 2010 "relatif à la situation
de réorientation professionnelle des fonctionnaires de l’État". C’est une
arme de guerre pour démanteler la Fonction publique et s’attaquer aux
personnels. Ce texte est dans la droite ligne des suppressions massives de
postes, de la RGPP et la transposition des dispositions contestées de la loi
dite "mobilité" d’août 2009.
M. Woerth, qui s’était démené pour casser le statut des fonctionnaires, a
parachevé son œuvre ou ses basses œuvres…, en publiant ce décret qui permet
la mise en congé de réorientation, la mise en disponibilité non payée et au
final, le licenciement des fonctionnaires d’État...
La fonction publique française est une fonction publique de carrière. Ce
choix a été effectué afin de garantir une neutralité et une égalité de
traitement de l’ensemble des usagers dans l’intérêt général. Cela permet
qu’un fonctionnaire d’État conserve son poste, quel que soit le pouvoir
politique en place.
Jusqu’alors un fonctionnaire d’État ne pouvait être licencié sauf faute ou
incompétence professionnelle avérées. Désormais, ce fonctionnaire pourra
l’être suite à une restructuration des services !

Dans l’Éducation nationale par exemple, les réformes imposées par ce
gouvernement, notamment la réforme des 3 voies du lycée ("Bac Pro" en 3 ans
et sa cohorte de fermetures de sections dans la voie professionnelle, fusion
des séries dans la voie technologique, réduction horaire dans la voie
générale…) conduiront immanquablement à de nombreuses suppressions de postes
suivies de "réorientations professionnelles" en cascade ! La reconversion
ou… la porte !

Avec le licenciement des personnels d’État, ce sont les missions du service
public qui sont dans la ligne de mire. Encore une fois, la population subira
les conséquences de cette politique libérale visant à réduire au maximum le
rôle de l’État. Le gouvernement change, pas la politique conduite !

Montreuil, le 23 novembre 2010