Bookmark and Share
<:site de l'Ursden CGT NICE:>

Des mesures injustes et dangereuses pour les libertés

jeudi 5 août 2010.
 

La CGT condamne les solutions retenues à l’issue de la réunion à l’Elysée le mercredi 28 juillet « consacrée aux gens du voyage et aux Roms », qui ne sont pas justes et ne règlent à terme aucune situation sociale.

Ces personnes, déjà en but à de nombreuses discriminations, font maintenant les frais d’une opération qui vise à détourner le débat public des véritables enjeux sociaux. Cela à un moment où la majorité des salariés rejettent les mesures de rigueurs imposées par le gouvernement et sa majorité parlementaire.

Les amalgames entretenus entre situations sociales précaires et violence, ne sont pas dignes d’un état de droit et comportent de dangereux relents de haines et de mise en cause des libertés publiques.

Les propos tenus par le président de la République et par le ministre de l’intérieur sont populistes et démagogiques, et ne peuvent que faire le jeu de l’extrême droite.

La CGT rappelle également les persécutions dont ont été victimes ces groupes sociaux en Europe pendant la deuxième guerre mondiale. De 500 000 à 1,5 millions d’entre eux ont été exterminés dans les camps nazis.

Les incidents du Loir et Cher incriminent des citoyens français. Faire aujourd’hui un amalgame entre ces faits et la situation des gens du voyage, des Roms, et de l’immigration est scandaleux.

C’est tout le contraire que sont en droit d’attendre ces populations, en terme de libre circulation, d’éducation, de logement, etc…A cet égard les collectivités locales ont des obligations en matière d’accueil qui sont loin d’être respectées sur l’ensemble du territoire.

Encore une fois, les plus démunis sont la cible des mesures sécuritaires et discriminantes de la part du pouvoir politique.

La CGT appelle tous les salariés à refuser la création d’un climat de violence, de division et de stigmatisation contre l’étranger.

Montreuil, le 29 juillet 2010

Téléchargez le communiqué