Bookmark and Share
<:site de l'Ursden CGT NICE:>

Gilles de Robien, fidèle émule de Nicolas Sarkozy, a encore frappé

lundi 16 octobre 2006.
 

Communiqué UNSEN-CGT-GNPID

Gilles de Robien, fidèle émule de Nicolas Sarkozy, a encore frappé : après R. Goigoux, dont il a
justifié l’éviction de l’ESEN, c’est un IEN du Nord, responsable syndical, qui est menacé de
sanction pour avoir tenu des propos critiques « déplaisants », selon le Ministre, à une émission de
radio à laquelle tous deux participaient. Cette émission abordait la question de la lecture.

Au delà du « fait du prince », déjà inacceptable en soi, le Ministre choisit de franchir un pas
supplémentaire dans la voie de la caporalisation de son ministère.

Ce sont par exemple simultanément des chefs d’établissement du second degré qui subissent des
pressions inadmissibles à peine déguisées (mutation, promotion...) pour embaucher les emplois
vie scolaire du premier degré.

C’est sa demande à l’Inspection Générale de vérifier que sa circulaire de mars 2006 est bien
appliquée dans toutes les classes préparatoires.

Une véritable mise en condition s’opère : un fonctionnaire ne serait bon que muet et le doigt sur
la couture du pantalon.

L’UNSEN-CGT et son groupement des personnels d’inspection et de direction protestent contre
des arbitraires rappelant d’autres périodes de notre histoire.

Ils appellent tous les personnels à ne pas accepter cet autoritarisme et à dénoncer publiquement
chaque fait constaté. Ils assurent de leur soutien les personnels concernés.

D’autre part, ils considèrent qu’il ne peut être du rôle des personnels de direction de transmettre
des informations visant à identifier des enfants scolarisés sans papiers.

Moins que jamais les fonctionnaires sont des sujets et revendiquent tout au contraire le fait d’être
responsables et citoyens.

Montreuil, le 12/10/06